Dans certains cas, l’homme peut être sujet à une augmentation excessive des zones mammaires donnant une impression de « seins ». Découvrons les causes de ce phénomène d’augmentation du volume de la zone mammaire chez l’homme, ainsi que les traitements permettant d’y remédier.

 

Adipomastie ou gynécomastie glandulaire ?


 

Il existe 2 phénomènes bien distincts pouvant engendrer une augmentation du volume de la zone mammaire chez l’homme : l’adipomastie, aussi appelée gynécomastie graisseuse, et la gynécomastie glandulaire.

  • La gynécomastie graisseuse : elle correspond à la présence d’amas de graisse au niveau des pectoraux, engendrant une augmentation du volume mammaire pouvant donner l’impression de « seins ». Dans ce cas, les glandes mammaires de l’homme sont de taille normale. Elle est le plus souvent présente chez les hommes en surpoids, ou chez les hommes ayant perdu beaucoup de poids à la suite d’un régime ou d’une opération amaigrissante.
  • La gynécomastie glandulaire : cette gynécomastie correspond à une hypertrophie d’une ou des deux glandes mammaires de l’homme. Dans ce cas, les aréoles sont dites « pointantes », ce qui peut entraîner une gêne esthétique plus particulièrement en été ou au cours des activités aquatiques.

Certains patients peuvent être atteints par les 2 formes de gynécomastie, et on parle alors de gynécomastie mixte.

 

Différences


 

Bien que l’adipomastie et la gynécomastie glandulaire entraînent le même phénomène physique d’augmentation du volume de la poitrine, elles présentent plusieurs différences :

  • La gynécomastie glandulaire est caractérisée par une consistance ferme autour de l’aréole du fait de la plus grande densité de la glande mammaire.
  • L’adipomastie est caractérisée par une consistance molle et diffuse au niveau de la poitrine.
  • L’adipomastie peut disparaître totalement grâce à la pratique du sport et de la musculation, ou à des régimes si elle n’est pas trop importante.
  • L’adipomastie peut être soit héréditaire, soit liée à des fortes variations de poids. Elle touche moins souvent les hommes les plus jeunes.
  • La gynécomastie glandulaire est dans la majorité des cas idiopathique, c’est-à-dire qu’elle n’a pas de cause directe. En revanche, elle peut être causée par des problèmes hormonaux ou par la prise de certains médicaments.

Seul un médecin est en mesure de déterminer si un patient est atteint par l’une de ces 2 pathologies au cours d’un examen clinique (palpation).

 

Traitements (gynécomastie glandulaire et adipomastie)


 

Les traitements de la gynécomastie glandulaire et de l’adipomastie sont différents du fait de l’origine différente de ces 2 pathologies.

  • Le traitement de la gynécomastie glandulaire : ce traitement consiste en une exérèse de la glande mammaire. Pour cela, le chirurgien effectue une incision au niveau de l’aréole et réalise ensuite une mastectomie ou réduction mammaire définitive. Une réduction cutanée complémentaire est le plus souvent également effectuée. L’opération est réalisée sous anesthésie générale.
  • Le traitement de l’adipomastie : réalisé sous anesthésie locale ou locale approfondie et très peu douloureux, le traitement de l’adipomastie consiste en l’aspiration des amas graisseux de la poitrine. Pour cela, le chirurgien a le plus souvent recours à une lipoaspiration ou liposuccion.

Enfin, dans le cas d’une gynécomastie mixte, le chirurgien pourra combiner la lipoaspiration et la mastectomie pour permettre au patient de retrouver une silhouette harmonieuse.